Le record détenu par Ian Lipinski a été battu par la Roesti Sailing Team. 

Sept jours après avoir quitté le Cap Lizard, le Class 40 Banque du Léman a terminé son Tour des Îles britanniques. Le bateau suisse a réussi à battre le record détenu par Ian Lipinski d'une dizaine d'heures. Le Français avait accompli son périple en 7 jours, 17 heures, 50 minutes et 48 secondes. Les Suisses ont passé la ligne d’arrivée après 7 jours 6 heures 27 minutes et 25 secondes. Précisons que Ian Lipinski avait réalisé sa course en solitaire. Le meilleur temps en équipage était celui de Phil Sharp en en 8 jours, 4 heures, 15 minutes et 49 secondes. 

Banque du Léman, c’est le Class 40 de la Roesti Sailing Team, composée de Valentin Gautier et Simon Koster. Pour s’attaquer à ce record, les deux Suisses avaient accueilli une compatriote, la navigatrice genevoise Justine Mettraux à bord. La Média-Woman Anne Beaugé a également participé au voyage pour l’immortaliser et poster chaque jour des photos et vidéos de ce Tour des Îles britanniques sur les différents réseaux sociaux. 

La vidéo de l'arrivée:

«C’était génial, un bon mélange de concentration et de détente»

La course a été «plus compliquée que ce qu’elle devait être», déclarait le routeur Julien Villon pendant le week-end précédant l'arrivée. Les trois coéquipiers ont dû jongler avec les conditions météorologiques enchaînant les transitions, les fronts et les dépressions.  « J’ai l’impression que nous avons passé pas mal de temps dans du vent léger ou dans des transitions,  a déclaré Simon Koster à son arrivée. Heureusement que nous avons eu des phases très rapides ! Techniquement, cela s'est bien passé, nous avons juste eu un petit problème de hookage et de drisse, deux trois petites bricoles mais rien d’handicapant.» Au final, l’expérience des Suisses - qui étaient arrivés 4èmes lors de la Transat Jacques Vabre en 2019 - a payé et le record a été battu. 

Valentin Gautier n'a d'ailleurs pas caché sa joie d'avoir battu ce record alors que la tenue même de cette course est restée incertaine tout l'été dans l'attente d'une fenêtre météo propice. «Ce qui a fait la différence est la même recette que pour tous les records : une bonne météo et la capacité d’exploiter le bateau à 100% de ses capacités sur la fenêtre choisie sont primordiaux, a-t-il déclaré. Humainement c’était génial, un bon mélange de concentration et de détente lorsque l’on pouvait se le permettre, une bonne recette !»

Nouvelle recrue de la Roesti Sailing Team pour cette tentative de record, Justine Mettraux s'est dite «super contente» d'avoir pu participer à cette aventure. Même si tout n'a pas été rose: «Il y a eu pas mal de pression sur la descente parce qu’au fil du temps, la météo se dégradait, nous avions moins de vent et donc plus de pression pour arriver à temps. Nous nous sommes bien battus pour aller au plus vite. Battre le record avec cette avance est une satisfaction!»

Quelques images de cette tentative de record: